Guy Verville, écrivain

Récemment, dans les promenades

2017/09/15Le paradoxe du souvenir

Notre capacité à nous souvenir est une occasion de reprendre contact avec l'essentiel et, dans la foulée, nous oblige à nettoyer la chambre de nos mémoires d'émotions poussiéreuses qui nous font mal vieillir.

Lire la suite

2017/08/26Vous rêvez ?

Nous vivons dans un rêve, n’est-ce pas ? Le vôtre n’est peut-être pas le mien même si le mien ressemble à s’y méprendre à ce que vous inventez pour vous-mêmes.

Lire la suite

2017/08/22Je marche

Marcher oblige à penser, à regarder le sol et laisser errer son regard sur la matière. D’un pas lent, qui se fait aisément dépasser par l’urgence des autres, je prends conscience que l’été s’achève déjà. J’en ai peu parlé, j’ai laissé aux nuages le soin de laver le ciel, les jardins la tâche d’apaiser les humeurs et mon esprit s’empêtrer dans le brouillard.

Lire la suite

2017/08/19Le son

Je parle souvent de mon chant sans que personne, vraiment, ne l’entende. Aujourd’hui, à la suggestion de mon professeur, je me suis enregistré. Ô douleur de déceler tout ce qui ne va pas.

Lire la suite

2017/08/13Où aller ?

Je dors à n’en plus savoir quoi faire de mon corps. Moi l’hyperactif, je ressemble davantage à un concombre absorbant tout le temps dont il a besoin avant de terminer dans une salade. Dire que ma vie est ennuyante serait mentir, dire qu’elle est enlevante serait présomptueux. Ma vie est ce qu’elle est dans son ordinaire et dans sa grande petitesse.

Lire la suite

2017/07/01Mon chant, ma voix

En janvier dernier, un billet sur le chant, puis plus rien sur ce thème. Je me fais frugal en tout, m’interroge silencieusement sur le sens de faire autant ceci que cela. 2017 me réserve ses surprises.

Lire la suite

#003363
#1a3958