Guy Verville, écrivain

Récemment, dans les promenades

2016/11/20Juste avant la neige

Deux semaines ont passé sans que je n'écrive ici. J'ai pourtant marché, regardé l'automne. Il est passé du froid au chaud, du soleil au gris, du sec à l'humide. Les feuilles laissent des traces, puis s'amollissent pour de bon.

Lire la suite

2016/10/29Le petit bonheur

Les gens râlent. Il pleut tout le temps. Il fait froid. Il a déjà commencé à neiger. La douceur de l’automne n’était, comme si c’était une surprise, qu’une veine promesse. La délicate vie est allée se rhabiller pour l’hiver ou plutôt, elle est partie se réfugier dans le sud, entre autres chez les Brésiliens qui, eux, ne connaissent pas vraiment l’hiver et qui pensent que 10°C, c’est la mort.

Lire la suite

2016/10/21L'anticouleur

La lumière de l’automne n’a pas lieu en ce moment. Il s’agit bien là d’une chronique annoncée. On sort un vêtement plus chaud, si possible imperméable. On se protège davantage des bourrasques.

Lire la suite

2016/10/20Éphémères

Les arbres n’ont plus de pudeur. Le regard ne se lasse d’aucune feuille. Les matins sont plus humides, le béton absorbe le suc végétal. Il ne restera bientôt qu’une farine vite mangée par le vent et le frimas.

Lire la suite

2016/10/15Le mélange des saisons

Le froid s’invitant pour la nuit, et l’automne ayant beau nous farcir d’après-midis embaumés, les matins deviennent de plus en plus frais. Il faut maintenant se couvrir un peu, relever le col, craindre que le froid s’en prenne aux bronches. C’est le passage fragile de saison, quand tout se dérègle et que les récurrentes habitudes doivent s’extraire de leur hibernation.

Lire la suite

#003363
#1a3958