altPicture1397795397

Avec le temps

Avec le temps, a chan­té le poète, tout s’en va. Il est vrai que tout semble poin­ter vers un hori­zon que nous n’atteignons jamais. La vie va, les dou­leurs vont, les joies ne demeurent pas plus en place. Au cœur de la Terre se mijote un enfer de plas­ma qui nous écla­bousse par­fois dans des ric­tus vol­ca­niques et nous incen­die la peau. Les galaxies s’étourdissent et s’entrechoquent pen­dant des mil­lé­naires, s’avalent comme les baleines engouffrent le planc­ton, des bouches se cherchent, des langues se délient, des salives et des hor­mones s’échauffent, les sexes se gonflent et les uté­rus explosent.

Avec le temps, on en oublie­rait d’où on est venu, on ne se remé­mo­re­rait plus rien tan­dis que l’ignorance nous agite à la figure un bou­quet de carottes pro­met­teuses. Hélas, donc, comme le répète, amer et sage, le poète, tout s’en va.

Je ne suis pas d’accord.

Je suis plu­tôt du côté des inno­centes galaxies et des naïves sai­sons. Qui les mène par le bout du nez ? C’est un mys­tère. Peut-être rien. Voi­là pour­quoi je per­siste. On ne connaî­tra jamais la fin. Conten­tons-nous des recommencements.

Si, avec le temps, on n’aime plus, c’est pour, bien sûr, le len­de­main, vou­loir aimer encore.

altPicture2068707023

Classé dans :galaxiestemps

#3c3837
#4d5a77