altPicture1152421088

De la croissance

Modifié le : 2019/08/07

Le froid ne semble plus vou­loir lâcher prise. Le peu de neige tom­bée durant la nuit res­semble à de la glace opaque, les objets ne bougent plus (ils ne bou­geaient déjà pas), les mai­sons res­semblent à de vieilles dames. La pro­me­nade aura été courte pour moi, le tra­vail m’appelle, mais j’ai tout de même pris mon air.

J’aurais pu tra­vailler toute la soi­rée, mais je n’en fis rien. Je suis allé répé­ter avec les autres cho­ristes pour le concert de dimanche pro­chain. M. Jean-Cou­tu-le-gars-riche aurait dit, il y a quelques jours, qu’il trou­vait les gens trop axés sur la famille, qu’ils n’avaient pas le cœur à l’ouvrage, que ça nui­sait au com­merce, il n’arrivait pas à trou­ver des gens pour tra­vailler. Ben, c’est pas ça, M. Cou­tu. Il y a des formes de crois­sance qui ne se changent pas en billets verts ; elles ne se mani­festent que dans les émo­tions et la réa­li­sa­tion de soi. Faut vivre M. Cou­tu. Votre modèle de crois­sance rend la pla­nète malade et nous avec (après ça, vous êtes content de nous vendre vos pilules). Alors, lâchez-nous du lousse et don­nez de meilleures condi­tions de tra­vail à vos employés. Vous ver­rez, ils croî­tront autant et votre tiroir caisse aussi.

altPicture834630360altPicture1235350543altPicture1085276248

#1a3958
#1a3958