altPicture1377245663

Gérald Godin ou le poète incarné

Modifié le : 2019/08/07

J’ai regar­dé hier soir, sur Télé-Qué­bec, l’excellent docu­men­taire Godin. L’incarnation de ce poète est émou­vante, on en vient à regret­ter ce temps où la cause poli­tique sem­blait prendre tout son sens. Godin était pro­ba­ble­ment en avant de son temps et, de l’aveu même de Jacques Pari­zeau, avait très bien com­pris que le natio­na­lisme pas­sait par l’inclusion des peuples immigrants.

On entend Godin nous dire qu’il y a des poètes qui se regardent le nom­bril et qu’il n’est pas de ceux-là. Il n’était pas aimé des intel­lec­tuels. Regar­der ce docu­men­taire nous inter­pelle et nous oblige à nous ques­tion­ner sur le sérieux de nos convictions.

S’il y avait davan­tage de Godin sur Terre, il y aurait peut-être autant de guerres, mais qui sait, il y en aurait peut-être moins, et les poli­ti­ciens sau­raient bâtir et gui­der de grands vaisseaux.

Je suis curieux de lire la cor­res­pon­dance amou­reuse entre lui et sa belle Pau­line d’autant que leur rela­tion fut par­fois ora­geuse. La tem­pête… lorsqu’elle est belle, n’a rien à envier au calme des philosophes.

#1a3958
#1a3958