altPicture374178360

Insomnie • Le choc des mots

Modifié le : 2019/08/05

Peut-être est-ce l’humidité et la cha­leur, peut-être y aura-t-il eu trop de vin, peut-être ai-je trop révi­sé L’Effet Casi­mir, peut-être un peu tout ça. Le som­meil ne venait pas. Mon ancien texte me cause quelques sou­cis. Je m’étonne que l’éditeur d’alors ait lais­sé pas­ser tant de fautes. Il est vrai qu’à ses tout débuts, il fai­sait pas mal tout seul.

Moi, je suis un aveugle, je me laisse prendre par l’histoire et ma cer­velle est un filet aux mailles inégales et trop larges. C’est peut-être l’impatience. C’est peut-être l’état lamen­table, au final, de ce que je crois être mon talent. C’est peut-être de la mau­vaise insou­ciance. C’est peut-être tout ça.

L’insomnie res­sem­blait, hier soir, à ces embâcles qui se forment subi­te­ment et pos­sèdent la force tita­nesque d’arrêter le cours des choses. La rivière monte et monte sans don­ner de chances aux rive­rains, la panique s’empare de tous, l’univers bas­cule dans le chaos. Mon juge­ment bute, se noie, et j’en oublie ain­si qu’il me faille dor­mir. La moindre pen­sée se trans­forme en tra­cas, la plus petite bali­verne exige une solu­tion avant de me lais­ser en paix. C’est l’orage et la dévastation.

C’est peut-être le choc de tous ces mots, de ce que j’ai vou­lu expri­mer, c’est peut-être ce miroir de ma pen­sée qui me montre tel que je suis, un être ambi­va­lent, qui en est res­té à pan­ser des éra­flures émo­tives sans consé­quence, comme si je pré­fé­rais la souf­france à la sagesse.

Qui sait ?

Et puis, qu’importe. Le vent, ce matin, annonce la pluie. L’étau de la cha­leur se des­ser­re­ra. Demain sera un autre jour. Le temps, lui aus­si, se répète, redit les mêmes choses. Bis repe­ti­ta placent. Les choses répé­ti­tives plaisent aux gens. On ne peut que s’y sou­mettre afin de s’endormir un petit peu. Avant de reprendre la marche.

Classé dans :Effet Casimirinsomnie

#080808
#080808