altPicture1142692796

La caissière et son psoriasis

Modifié le : 2019/08/06

La cais­sière me sou­rit et com­mence à pas­ser les objets en face du scan­neur. Elle s’arrête devant ma bou­teille de sham­pooing contre le psoriasis.

« Ah ! c’est nou­veau ça, sham­pooing condi­tion­neur. Faut que j’essaie ça. »

Elle aurait dit « Ah ! Des pré­ser­va­tifs de taille moyenne » et ç’aurait eu le même effet par­mi les autres clients qui attendent der­rière moi.

Je réponds : « Oui, c’est nou­veau. Je n’ai pas tant de pso­ria­sis que ça (et c’est vrai, mais c’était plu­tôt pour dire que ma queue n’était pas si moyenne que ça, m’enfin, oui, elle est moyenne, mais elle fait sa job. Un gars a sa fier­té tout de même), mais je trouve que les sham­pooings de ce genre ont ten­dance à assé­cher le cheveu. »

Je disais n’importe quoi, car j’ai plu­tôt la manie d’acheter ce qui est neuf, juste pour le plai­sir de l’essayer. Je ne dirais pas que je vais rache­ter un pro­duit juste parce qu’on en a chan­gé son éti­quette, mais c’est à peu près ça.

J’ajoute : « J’ai plu­tôt du pso­ria­sis autour des yeux. Mais c’est léger. »

La cais­sière prend le relais : « Moi, c’est ter­rible. J’ai de grosses plaques sur le cuir che­ve­lu, dans les oreilles, et… »

Dans ma tête, je ne veux pas savoir si elle en a plus bas.

et à l’arrière du cou. »

Je suis cer­tain que les clients entendent tout et sourient.

« C’est le stress, il paraît », conclus-je.

« Pour ça… », répond-elle.

J’imagine les clients, der­rière moi, opi­ner de la tête.

Bref, la cais­sière de chez Jean-Cou­tu souffre d’un pso­ria­sis sévère, mais ça ne paraît vrai­ment pas. C’est fou comme la phar­ma­co­pée cos­mé­tique fait bien les choses.

Classé dans :Jean-Coutupsoriasis

#687183
#957a7d