altPicture610663674

La vie se défait

Modifié le : 2016/09/03

Le temps est tou­jours aus­si gris et pai­sible. On aime­rait sans doute davan­tage de soleil et encore plus de calme, mais on s’en contente tout de même. Se pro­me­ner chaque matin ain­si me fait un bien immense. Un esprit inqui­si­teur pour­rait me contre­dire en me deman­dant de prou­ver ce point. Je ne le ferai pas, car je ne sau­rais quoi lui répondre.

Je sais tou­te­fois que chaque moment méca­ni­que­ment s’essouffle ; je com­prends que l’un n’attend pas l’autre, qu’il y a flui­di­té, marche, je sais que le temps est une direc­tion et que nos esprits en sont convain­cus jusqu’à l’os.

Il n’y a pas plus mor­tel que l’immobilité, plus vinai­gré que les cer­ti­tudes. Main­te­nir en soi la dense danse des sen­sa­tions, che­vau­cher avec la même légè­re­té les bon­heurs et les mal­heurs, imi­ter la vie qui ne reste pas en place, fre­don­ner même en silence la ritour­nelle de notre étonnement.

Je ne sais pas où le vie me mène, car elle se défait inva­ria­ble­ment devant moi. Je regarde ce qu’elle laisse der­rière et tente ain­si de m’imaginer quelle pour­rait être son ave­nir. Peine perdue.

Heu­reux et heu­reuses sont ceux et celles qui se méta­mor­phosent sans cesse, ne serait-ce qu’en esprit, car le royaume des décou­vertes leur appartient.

altPicture1640011405

Classé dans :automnesaison

#b19513
#a1a1a7