altPicture1931900774

Le froid, bien sûr

Le froid bien sûr et les jours qui, comme un coton bon mar­ché, rape­tissent à la pre­mière rigueur. J’adore mar­cher lorsque le matin nous glisse sa lumière fine. J’ai mes pas pour moi, mon rythme soli­taire mar­quant ain­si cette vie d’adulte qui a creu­sé si peu de sillons.

Je me plais à égre­ner silen­cieu­se­ment la ron­deur de mes res­pi­ra­tions. Je divague sou­vent. Mes pen­sées, comme les vôtres, ne servent sou­vent à rien, du moins, nous n’aurons jamais l’intelligence d’en com­prendre tous ces rouages auto­ma­ti­sés qui nous poussent aux rêves et aux lubies.

Le froid donc, bien sûr. Le froid et un sen­ti­ment d’arrêt, de soli­tude, d’impossibilités. Mon che­min est peut-être pré­vi­sible même si rien n’est ins­crit dans le ciel. Mon regard se pose sur les feuilles qui com­mencent à mou­rir, je courbe l’échine. La route continue.

#934123
#64651e