altPicture913965951

Le roman navire

Modifié le : 2019/08/06

J’attends une réponse comme une femme son marin. Il y a déjà trois mois que le bateau est par­ti et, bien qu’il y eut quelques frayeurs, rien ne vient affai­blir l’espoir. Entre-temps, il faut tra­vailler, vivre ses jours. De toute manière, lorsque les nou­velles tom­be­ront, ou lorsque le navire accos­te­ra, le tra­vail repren­dra, les jours rede­vien­dront des jours.

Peu importe le résul­tat de la pêche, il fau­dra répa­rer les filets, accueillir l’homme érein­té, lui offrir son cœur, le lais­ser vous assaillir comme seul la soli­tude rend vin­di­ca­tif et indélicat.

Peu importe si le roman arrive ou non à bon port, s’il me revient bre­douille ou ses cales gon­flées de pro­messes, je l’accueillerai ; il se repo­se­ra, repren­dra des forces, et il vogue­ra de nouveau.

Ce matin, j’ai vu des arbres rêver de Cocteau.

#1a3958
#1a3958