altPicture512024272

Les douze royaumes

Modifié le : 2019/08/06

C’est une idée qui germe depuis fort long­temps. Elle est issue d’un rêve. Je suis à l’intérieur d’une mai­son­nette gla­cée, j’ouvre la porte qui donne sur un exté­rieur hiver­nal, d’une tran­quilli­té de petit matin, une brume étoi­lée accueille un soleil qui annonce une jour­née froide. Il y a une route devant la mai­son, qu’une haie masque par­tiel­le­ment. Une allée per­met de l’atteindre. Je m’avance jusqu’à cette route, ouvre le por­tillon ceint par deux colonnes larges et basses. Un calme apai­sant règne. Je me tourne vers la mai­son. Je semble seul. Aucun voi­si­nage, une mai­son per­due sur une route qui ne parait pas avoir de direc­tion d’autant qu’elle bifurque rapi­de­ment, et des deux côtés, dans la forêt d’en face.

En refer­mant le por­tillon, je remarque les deux colonnes de glace. Elles sont exa­gé­ré­ment larges. Et on y voit au tra­vers. Dans cha­cune de ces colonnes, un corps pétrifié.

J’ai fait ce rêve il y a bien vingt ans. J’y ai vu l’amorce d’une aven­ture dans un uni­vers fan­tas­ma­go­rique. J’imagine cet uni­vers com­po­sé de douze royaumes se par­ta­geant une île cir­cu­laire, à l’horizon oblique, comme si elle s’enfonçait, tel un navire échoué, dans les abîmes d’un océan tempétueux.

J’ai éga­le­ment ima­gi­né cette île tour­ner, de temps en temps, avec fra­cas, comme si elle était mue par un méca­nisme d’horlogerie défaillant. Les douze mondes qui occupent cette île sont en déclin. Ils pour­raient cha­cun pos­sé­der les cou­leurs d’un signe du zodiaque.

Hier soir, par­mi les mul­tiples fenêtres de mes rêves, j’ai repen­sé à ces mondes. Je ne sais pas encore quoi en faire. Quelle pour­rait en être l’aventure. J’ai tou­te­fois le goût de l’écrire. Je tends l’oreille. Il faut suivre écou­ter ses rêves, dit-on. Les miens sont très bavards et parlent tous en même temps. Je fini­rai bien par com­prendre quelque chose à leur charabia.

#1a3958
#1a3958