altPicture12861075

L'insentiment

Modifié le : 2017/12/26

Le jour égale la nuit, tout se vaut dans l’univers des pos­sibles. Alors pour­quoi rien n’est fait faci­le­ment ? C’est sans doute parce que, pour bien res­ter sur la corde raide de la beau­té, il faut deve­nir équi­li­briste, tra­vailler fort l’art de l’« insentiment ».

J’en veux pour preuve ceux qui se noient dans l’océan de la foi sans en baver, par ivresse presque ; ou ceux qui s’assombrissent à ne cal­cu­ler que le déter­mi­nisme des faits, par paresse devant des cer­ti­tudes récon­for­tantes. Il faut un véri­table cou­rage pour s’émerveiller, accep­ter l’humiliation de notre fini­tude, de notre inquié­tude, du cou­rage et par­fois aus­si de la foi pour dan­ser sur des char­bons ardents, des char­dons plus cou­pants que des glaives, affron­ter les dan­gers du silence. Nous ne savons rien, notre appren­tis­sage est notre chant, notre jouis­sance et notre mélopée.

Si je pou­vais tout dire, mais je ne suis rien, si peu. Je m’étonne sur­tout de voir arri­ver la nuit. Je m’y plie, car je sais y vivre d’autres dimen­sions même si, pour être hon­nête, j’ai la vieillesse de les oublier le matin.

#1a3958
#1a3958