altPicture2021318590

Regarder

Modifié le : 2019/07/27

Je jetai un regard vers la scène. L’arbre sem­blait me par­ler sans que je ne com­prenne pour autant son lan­gage comme si je ne pos­sé­dais, après tout, que la vision neutre d’un ani­mal. Pas de dan­ger en vue, que la pro­tec­tion vir­tuelle d’une ville assié­gée par un peu de neige.

J’ai tout de même aimé ce que je voyais et me suis dépê­ché à sor­tir mon appa­reil pho­to. Clic. Rien que ça, clic. Je suis ren­tré et me suis embri­ga­dé sous les cou­ver­tures pour tra­vailler un peu mon roman. Je me suis endor­mi par la suite rapi­de­ment. Ce matin, je me suis féli­ci­té d’être de nou­veau en vie, fati­gué, heu­reux de regar­der la fenêtre zébrée.

Mes yeux ne voient tou­jours pas la tem­pête venir. Mes oreilles seraient-elles deve­nues schi­zo­phrènes ? Comme elles sont longues, ces heures d’attente, ai-je l’habitude de pleu­rer depuis des années.

Je ne me plains pas outre mesure. Je ne sais trop quoi dire si ce n’est de pour­suivre cette écoute pieuse de mon exis­tence. Je lape mes petits bon­heurs, comme une anti­lope à son étang.

C’est beau, les mots, ils enjo­livent même les mensonges.

#1a3958
#1a3958