altPicture1304376222

Ultimes corrections

Modifié le : 2019/07/17

Ultime ren­contre de cor­rec­tions avec mon édi­trice. Je mets les pieds pour la pre­mière fois chez VLB. C’est un immeuble qui n’a pas l’air d’un immeuble, un rec­tangle de stuc gris sur­mon­té d’une enseigne digne d’un dépan­neur. Le let­trage plus moderne appo­sé sur la porte ras­sure et, à l’intérieur, on est vite plon­gé dans un uni­vers lit­té­raire qui s’enorgueillit de la pré­sence de quelques por­traits d’auteurs célèbres, dont celui de Gas­ton Miron.

Évi­dem­ment, il y a des livres par­tout. Cela m’intimide, moi l’ignare, l’inculte. Annie me pré­sente à Mar­tin Bal­tha­zar, le grand patron. Joli petit bon­homme, qui me ras­sure sur mon roman. « Je n’ai lu des pages qu’ici et là, mais j’ai beau­coup aimé l’ambiance de cette famille com­plexe. J’ai hâte de lire le pro­duit final. » Je lui réponds que je suis fier d’avoir été choi­si par eux. Et ce n’est pas un men­songe. Qui ne le serait pas ? Ce sont des gens conscien­cieux et visi­ble­ment amou­reux de leur métier.

Annie et moi nous nous assoyons dans la salle de réunion et je par­cours les épreuves ratu­rées par le cor­rec­teur. Mon ancien métier de typo­graphe me per­met d’y aller vite, étant habi­tué aux sigles du métier. Je fais part de mes der­nières obser­va­tions que j’avais notées à l’ordinateur, ai ain­si signa­lé des incon­grui­tés que per­sonne n’avait encore relevées.

C’est tou­jours ain­si. Il faut plu­sieurs cer­veaux, dif­fé­rents regards pour réus­sir à apla­nir les der­nières rugo­si­tés d’un texte. Comme je n’avais pas ter­mi­né ma propre lec­ture des épreuves, j’ai dû, à mon retour, me taper les cin­quante der­nières pages du roman. Chose main­te­nant faite. J’ai tout envoyé à Annie. Il est 19h, la nuit est tom­bée, j’écris, ten­tant de réa­li­ser que c’est doré­na­vant la fin, la véri­table, de ce roman que je ne veux plus relire !

Publié le 20 jan­vier 2015.

Il me faut pen­ser orga­ni­ser un lan­ce­ment. Où pour­rais-je bien trou­ver une salle ? Une librai­rie serait sans doute le meilleur endroit. Y’aura foule ? Pas cer­tain. C’est encore loin et si proche en même temps. 

Mis­sion accom­plie ? Inchal­lah, à la grâce de Dieu, au bon plai­sir du démon, à l’énergie des elfes, à l’espoir, oui, oui, à l’espoir d’intéresser quelques com­men­ta­teurs. Ma sixième pierre blanche sur le che­min de ma courte exis­tence. Ce qu’il res­te­ra, un temps, de moi.

#8d9eae
#191919