Darwin

altPicture459470854

Les essais et les erreurs — 2011/12/12

Il a été établi que c'est généralement le plus fort qui survit. Entendons-nous, la force physique n'a rien à voir. Selon le contexte, la ruse, l'ingéniosité, l'imagination des survivants, ou tout simplement leur nombre, jouent autant en faveur de l'un que de l'autre. Les mâles dominants se font, et plus souvent qu'on y pense, flouer par les ratoureux de l'arrière-cour.

#1a3958
#1a3958