dieu

altPicture1316612023

Il faut bien survivre — 2022/06/04

Je marche toujours en boucle, revenant sans cesse aux mêmes rêves, piétinant le même gravier de mes pieds nus. Le reste de mon corps n’est pas plus vêtu, car je suis nu devant l’incertain, frileux parmi les frileux.

altPicture1172978258

Le temps qui nous blesse — 2021/08/22

C’est un peu comme si le temps m’avait blessé, je vous dis. Ou bien c’est seulement la chaleur qui appesantit mes jours. Je me prends à observer sans fin les nuages. S’ils ne sont que mouvance, ils finissent par revenir aux mêmes formes, boursoufflés comme de la mousse. Parfois le ciel est clair, tantôt il est gris, en tornade, mais les cumulus reprennent du galon à la moindre occasion.

altPicture519495730

Un dieu à mon cou — 2019/04/21

En fouillant des tiroirs pour des batteries, j’ai retrouvé un vieux pendentif que j’ai longtemps porté à mon cou. Un mélange de nostalgie et d’inquiétude est remonté le long de l’édifice complexe de ma pensée.

altPicture362096930

La lumière primordiale — 2017/01/08

J’ai repris mon parcours pédestre vers le travail. Les pluies glaçantes n’ont pas fait trop de dégâts sur les trottoirs d’autant que la voirie a fait son travail à temps. Il fait froid, il vente quand même un peu. Heureusement, puisque mon trajet se fait du nord au sud, l’air frais d’ouest est bloqué par la forte barricade des maisons.

altPicture24596963

La fourmi et l’autoroute — 2016/12/24

La page blanche m’invite encore à distribuer mes humeurs. J’ai beau parler de silence et d’hiver, mon esprit, bien que fatigué, vit un perpétuel mouvement printanier.

altPicture1535577988

Cette folie de croire — 2013/10/25

Soldats de flanelle, zélotes en sucre d'érable, bérets blancs, calottes contre un mur, une météorite, tantôt, vous écraserait que vos calleuses eaux ne formeraient aucune lave, vos tubulures osseuses aucun charbon, encore moins un diamant.

altPicture720637559

Légèrement, la douleur — 2013/06/24

Des jours entiers à vivre. Des heures immenses à combler. Mon esprit, heureux, mais tourmenté, ouvre grandes les mains. J'ai du mal à décrire mon sentiment, mes sensations, comme si un cyclone allait s'abattre sur les quelques certitudes qui me servent de conscience. Je termine à l'instant une lecture sur la pensée de Nietzsche et m'apprête à entamer celle d'une introduction sur l'existentialisme. Je veux savoir où en est la pensée sur ce point.

altPicture1707724434

Si Dieu est lumière, il est peu — 2013/01/20

On accorde bien de l'importance à la lumière. Avec nos yeux étroits, nous nous pâmons pour une lueur, une fleur, un soleil ou un volcan.

#1a3958
#1a3958