sens de la vie

altPicture1549614616

Tu n'es pas là — 2021/05/30

Tu n’es pas là et je te cherche. Depuis mon enfance, ou peut-être bien avant, dans le centre-ventre de ma mère, ou dans les couilles-lances de mon père, j’aurais senti ta présence. C’est du fantasme tout ça.

altPicture2064294178

Conquérir le mur — 2021/05/01

En nous, existerait un monde aussi vaste que l’univers. Ironiquement, malgré les pouvoirs de l’esprit, nous semblons ne le parcourir qu’à pieds. Tout juste dans les rêves arrivons-nous à transcender les régions qui nous habitent, peuplées de monstres et de possibilités. Durant ces courtes escapades, la peau des amants goûte le miel et les angoisses nous poussent à l’aventure.

altPicture1671243325

Cinq minutes assis en silence — 2017/12/09

C’est une lutte de tous les instants que de réaliser que la vie apporte la mort en retour. La réalité est impitoyable comme un mystère. On s’y plie où on s’y casse tandis que les philosophes se noient dans leur propre sang de mots, que les prophètes croient dur comme leurs os que ce qui est n’est pas ce qui devrait, que les artistes et les clowns endimanchent leurs béquilles...

altPicture170041747

Horloge lumineuse — 2016/04/09

Le soleil pose quotidiennement sa lumière sur moi, sur nous et sur vous. Mon regard se tourne forcément sur moi, sur nous, sur vous. L’existence est incroyable, la réalité si prégnante, belle, implacable, lourde, sans concession.

altPicture2059418646

Ce qui est inaccessible — 2015/07/16

Ce qui est inaccessible sculpte le sable de ses rêves. L’amant au loin, celui qu’on n’a pas ou celui qu’on voudrait bien connaître, la gloire issue d’un labeur ou de la chance, l’argent, la vie éternelle. On aimerait que le hasard fasse bien les choses, que les rendez-vous soient magiques, que de notre quotidien germe la paix.

altPicture1350711711

La spirale — 2014/10/03

Avoir le sentiment que la vie s’est arrêtée de battre, que tout continue de se mouvoir autour de soi, mais ne pas savoir quelle direction le vent a choisi d’emprunter. La pensée se heurte constamment à l’un de ses quatre murs, ne sachant désirer, conclure ou palabrer. Le corps, quant à lui, montre des signes marqués de fatigue.

#1a3958
#1a3958